L'eau, un enjeu pour tous

Catégorie : Archives

 

L’eau, un enjeu pour tous !

 
      Madame Elia Conte est venue au Lycée Louis VICAT de Souillac le mardi 22 janvier 2013 pour sensibiliser les élèves aux enjeux autour de l’eau. Cette intervenante agit dans le cadre des Conférences de l’Agence de Bassin Adour-Garonne pour promouvoir et porter la politique menée vers un jeune public. Le sujet fait partie du programme des classes de 1S, 1ES et 2nde Générale du Lycée en Science et Vie de la Terre, mais également en Géographie, d’où l’intérêt pour tous les élèves de Lycée d’assister à cette approche différente visant à illustrer les cours.
        
         Lors d’une première conférence, sur « l’Eau et l’Agriculture », les élèves de Première S et ES du Lycée ont ainsi été sensibilisés aux problèmes que portent l’agriculture et son développement face au potentiel hydrique de la région. Mme Conte a ainsi présenté les divers problèmes apparus entre l’activité agricole, forte dans la région, et les conséquences que cela entraîne dans la gestion de l’eau : pour cela, les changements du monde agricole depuis le milieu du siècle précédent, les pratiques dans le domaine de la fertilisation, l’usage des pesticides et l’intérêt de l’irrigation ont été montrés ; pour finir, les solutions pour gérer une activité agricole forte dans une démarche durable ont été évoquées.
L’agriculture productiviste naît dans les « Trente Glorieuses » avec l’apport des industries chimiques, les rendements s’améliorent pour nourrir une population nationale croissante et rapidement pour doter la France d’un nouveau secteur d’exportation. Les intrants sont de plus en plus nombreux dans cette activité pour répondre aux manques des divers terroirs français. De même, l’irrigation est rapidement sollicitée pour apporter de l’eau aux plantes, en particulier lors de la saison d’été. Pourtant les apports, additionnés de divers éléments nutritifs, donnés aux plantes entraînent rapidement une pollution des eaux, pouvant aller jusqu’à une eutrophisation de certains espaces. Même si les images de plages bretonnes recouvertes d’algues vertes n’apparaissent pas dans notre région, quelques zones peuvent être critiques et doivent être protégées comme certains sites du Parc Naturel Régional des Causses du Quercy.
Cette lutte contre toute forme de dégradation de l’eau a été mise en place par l’Etat par la Loi sur l’Eau de 1964 avec la création de 6 régions autour de différents Bassins-Versants qui divisent la France en différentes régions hydriques. Mais d’autres solutions sont étudiées, peu à peu mises en place, pour gérer l’eau comme une richesse et non un objet banal. L’Agro-Ecologie, avec l’usage des insectes pour limiter celui des pesticides, les zones enherbées, le combat contre toute pollution diffuse et différée sont les grands chantiers de demain pour la défense de la qualité de l’eau pour tous, activités ou habitants, mais aussi en limitant les quantités prélevées.
 
Dans un second temps, la « Géopolitique de l’Eau » a été le thème abordé avec les deux classes de Seconde Générale. La répartition à l’échelle mondiale, les inégalités qui en découlent et les moyens divers pour gérer cela ont servi de base à la réflexion et les propos ont été illustrés par des études de cas à travers le monde et quelques soient les échelles.
         Le cycle de l’Eau déjà connu des élèves a été évoqué avec le potentiel hydrique global de notre « planète bleue ». Pourtant cette quantité d’eau est réduite si on ne tient compte que de la part d’eau douce, mais aussi de celle disponible à la surface de la Terre. La population s’est fortement accrue durant ces derniers siècles, mais la consommation en eau elle a subi une croissance beaucoup plus importante avec les différents usages, agricole, industriel et bien sûr domestique. Des seuils minimum ont donc été défini pour un développement correct. C’est ainsi que certains pays n’arrivent pas à trouver, facilement, ces quantités d’eau pour les offrir à leur population, l’Indice de Développement Humain constituant un facteur aggravant pour de nombreux pays en faiblesse de développement. 
         Ainsi de nombreux lieux de tensions sont nés à travers le monde, évoqués en classe ou montrés par Mme Conte. Cela entraîne des tensions entre Etats qui se partagent des Bassins-Versants communs. L’usage de l’eau a pu constituer des armes pour des conflits depuis le Moyen-Age, le phénomène et les mêmes démarches se multiplient à l’échelle du monde actuel. Certains chercheurs parlent déjà de « guerres de l’eau », mais tous ne partagent pas cet avis. Les problèmes de l’eau à travers le monde tuent en silence, comme d’autres maladies plus médiatisées, pourtant prés de 13 millions de personnes, dont 6 d’enfants, disparaissent tous les ans à cause de maladies véhiculées par l’eau.
         C’est pourquoi il faut mobiliser l’ensemble de l’Humanité pour trouver des solutions pour un meilleur partage de cette richesse, en particulier sensibiliser les élèves aux enjeux hydriques de demain. La lutte contre le gaspillage, par la surveillance des réseaux, un usage raisonné dans les différents domaines, la lutte contre les pollutions,… sont les éléments qui permettront de régler cette tension et donc la Géopolitique de l’eau ou du moins de limiter les conflits.
         Les organisations internationales et des regroupements de collectivités à toutes les échelles oeuvrent déjà dans ce sens pour trouver des solutions originales car adaptées à tous les lieux, le fleuve Sénégal nous montre ainsi la voie à suivre.
 
         Les élèves, Mme Mathilde JOLY, professeur de SVT, et M Jean-Marc BERTRAND, professeur d’Histoire et de Géographie de ces deux classes, ont apprécié ces quelques heures et espèrent avoir positivement illustré leurs cours dans une démarche de Développement Durable.
 

Retour Actualités

Modifier le commentaire 

par JEAN MARC BERTRAND le 24 janv. 2014 à 11:03

haut de page