En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Press Book

La lutte contre le harcèlement scolaire passe par les lycéens

Par MARIE CHANTAL MARQUIE, publié le mercredi 10 avril 2019 10:44 - Mis à jour le mercredi 10 avril 2019 10:44
image.jpg

Publié le 14/03/2019

Mardi 12 avait lieu, au lycée polyvalent Louis Vicat, une intervention de trois personnes de l'équipe mobile de sécurité du rectorat de Toulouse : Nelly Auguste, Sandrine Py et Léo Kaci. Leur but était de former des élèves volontaires à la sensibilisation et à la lutte contre le harcèlement scolaire, et ce en collaboration avec les référentes académiques : Régine Fontaine et Christèle Martinie. Six élèves ont ainsi été concernés par cette formation dispensée par une équipe performante. Des diplômes leur ont été remis, en présence de la proviseure Stéphanie Bronquart et de Jean-Luc Tarrega, sous-préfet de Gourdon. Tous se félicitaient de l'engagement de ces élèves volontaires. Et de conclure : «Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin».

 

Pour en savoir un peu plus, rencontre avec Mélodie Liquet, conseillère principale d'éducation, référente harcèlement sur l'établissement, qui est à l'initiative de ce projet.

Pourquoi avoir initié cette formation ?

La prévention du harcèlement entre pairs nécessite une mobilisation globale au sein des établissements. Tous les adultes doivent être sensibilisés et vigilants sur cette question, mais les élèves doivent également être impliqués pour que la prévention soit efficace. Une approche systémique, reposant sur l'approche par le climat scolaire, est nécessaire.

Quels sont les objectifs visés ?

Ces nouveaux ambassadeurs pourront à leur tour former leurs pairs, initier des actions de prévention dans leur lycée ou d'autres, les valorisant et les responsabilisant.

Sur quoi vont-ils à présent travailler ?

Avant avril, ils vont former à leur tour des ambassadeurs dans leur établissement. Ils poursuivront en développant un jeu à l'échelle de leur lycée pour sensibiliser les élèves aux situations de harcèlement.

«Agir et former»

Zoé Cocquet, élève de terminale S, fait partie des six nouveaux ambassadeurs académiques. «Cette formation a été très riche en échanges et m'a confortée dans la volonté de devenir une ambassadrice académique, dit-elle. C'est à présent un plaisir de pouvoir agir mais aussi former d'autres élèves afin que cette lutte indispensable continue.»

   

Propos recueillis par notre correspondant J-Claude Cristol